Vous êtes ici : Le monde du serpent, voici le plus gros site sur les serpents. » Reptilia » Squamata » Colubridae » La couleuvre d’Esculape, Zamenis longissimus

La couleuvre d’Esculape, Zamenis longissimus

Zamenis longissimus

Classe : Reptilia
Ordre : Squamata (Reptiles)
Famille : Colubridae
Genre : Zamenis
Espèce : Zamenis longissimus
Nom commun : Couleuvre d’Esculape

Nous allons vous présenter cette espèce dans différentes parties :

Description de la couleuvre d’EsculapeAire de répartitionHabitat de cette couleuvreMode de vie de la couleuvre d’EsculapeProtection de Zamenis longissimusPhotos de couleuvres d’EsculapeVidéos de la couleuvre d’Esculape

Description de Zamenis longissimus

La couleuvre d’Esculape mesure en moyenne 120 cm de longueur mais l’on a déjà observé des spécimens de 210 cm. Les mâles adultes sont toujours plus longs que les femelles. C’est un serpent qui a un corps relativement élancé et ses écailles sont lisses et plates sauf les ventrales qui montrent une arête de chaque côté ce qui fait qu’elles sont luisantes.

Sa coloration à l’âge adulte est brun-jaunâtre à olive et la partie inférieure du corps a une teinte jaune clair ou beige. Certains individus adultes sont même entièrement noirs sur le dos. Sur le côté du cou on retrouve un large croissant, plus ou moins flou, jaune clair, recourbé vers les temporales ce qui peut parfois faire penser à la couleuvre à collier (Natrix natrix). On note la présence d’une bande postoculaire sombre (voir même entièrement noire), peu visible chez l’adulte, qui relie l’arrière des yeux à l’angle de la gueule.

La coloration des jeunes spécimens est différente puisque leur corps est vert clair ou brun clair avec de nombreuses petites taches foncées sur le corps et les couleuvreaux ont deux lignes plus foncées sur la partie supérieure du corps.

Sa tête est plutôt petite et fine. Contrairement aux vipères ses pupilles sont rondes.

Couleuvre d'esculape

Identification par les écailles de ce serpent de France

Concernant les écailles de la couleuvre d’Esculape, on observe que c’est un serpent qui a deux écailles temporales (violet), plus de 200 plaques ventrales, des écailles dorsales et latérales lisses ou très faiblement carénées (orange), une seule préoculaire (bleu clair), deux post-oculaires (vert clair) et enfin une rostrale (bleu foncé) plus large que haute, ce qui fait qu’elle est peu visible de dessus.

Aire de répartition

L’aire de répartition de la couleuvre d’esculape est assez vaste, il comprend la région Aquitaine, l’Auvergne, la Basse-Normandie, la Bourgogne, la Bretagne, le Centre, la Franche-Comté, l’Ile-de-France, le Languedoc-Roussillon, le Limousin, la région Midi-Pyrénées, la région PACA, le Pays-de-Loire, le Poitou-Charentes et le Rhône-Alpes. On note une présence assez rare en Champagne-Ardenne.

Habitat de la couleuvre d’Esculape

C’est une espèce assez difficile à observer en milieu naturel car elle est plutôt discrète et farouche. Elle fréquente à la fois les lieux où la végétation est dense et notamment les buissons et arbustes dans lesquels elle grimpe mais aussi les zones plus rocailleuses et ensoleillées tout en fuyant les zones trop chaudes (contrairement par exemple à la vipère aspic (Vipera aspis)).

Couleuvre d'esculapeZamenis longissimus

Comportement en milieu naturel

C’est un serpent diurne (c’est-à-dire qui vit le jour). Grâce à son agilité et une écaillure ventrale carénée, elle grimpe dans les buissons et arbustes pour chasser les oisillons qu’elle tue par constriction ainsi que les oeufs des oiseaux. Elle chasse à terre les petits mammifères comme les mulots mais aussi des lézards. Les couleuvreaux s’alimentent de gros insectes.

C’est une espèce craintive qui tente de s’enfuir au moindre danger. Si elle se sent vraiment menacée, elle tentera de faire face en mordant mais sinon elle sécrétera un liquide anal d’une odeur pestilentielle pour faire fuir l’agresseur.

L’accouplement a lieu vers avril et mai, ce qui correspond à la sortie d’hibernation. Il est accompagné de combats de mâles. La période des pontes est comprise entre le mois de Juin et le mois d’Août. Durant les trois mois, la couleuvre pond une quinzaine d’oeufs ovales dans un lieu humide et chaud. Deux mois plus tard, les couleuvreaux naissent et mesurent 25 cm de long.

L’espérance de vie de l’espèce Zamenis longissimus est d’environ 25 ans et la maturité sexuelle arrive au bout de la troisième année de vie.

Protection de ce reptile

La couleuvre d’Esculape fait partie des espèces protégées sur l’ensemble du territoire métropolitain français. Il est totalement interdit de la capturer, de la blesser, la tuer, la déplacer ou de détruire sa ponte.

Les photos de la couleuvre d’Esculape

https://serpent.cheloniophilie.com/Photos/Zamenis-longissimus.php

Les vidéos de Zamenis longissimus

https://serpent.cheloniophilie.com/Videos/Zamenis-longissimus.php

zamenis longissimus

Ajouter un commentaire à cet article

Comment insérer une photo dans le commentaire : Ici

16 commentaires “La couleuvre d’Esculape, Zamenis longissimus

  1. denis :

    j ai deux couleuvres esculapes dans mon mures je les voient souvent

  2. Les serpents de Suisse :

    […] – La couleuvre d’Esculape est présente mais de façon localisée. Elle ne possède pas de venin. La fiche informative : https://serpent.cheloniophilie.com/Fiches/Couleuvre-esculape.php […]

  3. anitra kaan :

    I fond one yesterday in our field Alpes Maritimes.
    It was bitten and dead..
    Is this snake poisenous? Dangerous?

  4. Lionel :

    Cela fait deux jours que je vois deux couleuvres d’Esculape, d’un bon mètre soixante, enroulées l’une autour de l’autre, descendant de mon grenier (où il y a un gros stock de paille) et allant ensuite se cacher dans un coin de la propriété plus ou moins à l’abandon, d’où elles peuvent accéder à des buses abritant un écoulement d’eaux pluviales. L’année dernière, c’était déjà dans le courant du mois de juin; étant à la dernière limite de la Normandie, les dates de sorties d’hibernation, accouplement, ponte sont peut-être tardives ici. Très bel animal en tout cas.

  5. Michèle P :

    Cette année la ponte a vraisemblablement eu lieu beaucoup plus tôt.

    Je viens de découvrir un jeune de 25 cm environ mort dans le chemin. J’habite dans la campagne nivernaise et régulièrement nous trouvons des mues de couleuvre d’esculape (dans le grenier, dans la grange, ou dans la cave).

    J’en ai déjà trouvé plusieurs fois au fil des années nichées sous un tas de bois ou entre des piles de vieilles tuiles.

    Il y a plusieurs années nous en avons même délivrée une jeune qui s’était trouvée coincée dans le grillage du soupirail de la cave.

  6. LAFITE :

    Je l ai rencontree 3 ou 4 fois je ne l ai pas entendu siffler je ne sais pas s il s agit de la couleuvre d Esculape ici on l appelle sucheton je ne suis pas sur de l orthographe mais a chaque fois c etait effrayant compte tenu de sa longueur spectaculaire 1.50m ou plus de son corps epais et de couleur noire.. elle se trouvait sur un vieux mur recouvert de broussailles pres de ma maison et tres craintive elle s est enfuie tres vite en s enfoncant parmi les pierres…
    Henri LAFITE
    72300 AUVERS LE HAMON

  7. Bruno G :

    Bonjour,
    Bien entendu, une couleuvre peut siffler quand elle se sent menacer. J’avouerai notamment que les couleuvre font d’avantage de bruit que les vipères. Elles tentent de faire d’avantage peur à leur agresseur.

  8. anne :

    Bonjour,

    J’ai vu une couleuvre dans le Var, à quelques centaines de mètres de la mer, dans une colline, mais j’hésite entre cette description et la couleuvre à collier, par contre elle sifflait, cela n’est pas noté dans le descriptif de cette couleuvre, est-elle capable de siffler? Merci à ceux ou celles qui pourront me renseigner!

  9. Tang :

    Bonsoir, merci pour votre description. Je crois que ce sont ces couleuvres, au nombre de deux, que nous avons vu dans le plafond de notre cuisine en cours de rénovation.
    Sacrée surprise même si nous nous doutions de la présence de couleuvres sur le terrain de notre longère.

  10. MORZADEC :

    Bonjour,

    Je pense que c’est une couleuvre d’Esculape que j’ai vu hier en fin d’après midi dans un arbustre du jardin de mon voisin. Elle devait faire dans les 1m de long (pas facile à évaluerexactement). J’habite Epinay Sous Sénrt (Essonne)…

  11. Marc W. :

    Bonjour,

    Je suis à peu près certain d’avoir identifié un jeune de cette espèce (une vingtaine de centimètres) ce soir du 3 mai 2015 sur la piste cyclable, la Ravel 2 (ligne 156), dans le bois d’Agimont en Belgique, à quelques centaines de mètres de la frontière française.
    Description : une jolie couleur unie brillante (entre or et argent) comme sur la photo au-dessus de la zone de commentaire.

    Précisément à cet endroit, se trouve un panneau d’information qui signale la présence des couleuvres et de vipères dans cette région.
    Plus récemment, en avril 2015, j’avais rencontré une jeune couleuvre à collier près de Mariembourg en Belgique.
    Et quelques jours auparavant, près de Vodelée en Belgique, j’ai photographié une couleuvre à collier écrasée sur la route. Elle mesurait un peu plus d’un mètre de long.

  12. Pascal PULICINO :

    C’était par une belle journée de mai, dans un champ de citrouilles non loin d’une rivière à St MEDARD EN JALLES en GIRONDE que l’homme et l’animal furent tous deux surpris : marbrée de brun jaune vert,épaisse 8 ou 9 cm au centre, très longue 1m80, la belle couleuvre s’est enfuie dans un fort bruissement d’écailles, à une vitesse hallucinante ! C’est vraiment le plus beau serpent de France.Couleuvre d’esculape vous dîtes ici on l’appelle ” cingle ou liron ” Merci pour vos photos !

  13. delong :

    Aucun doute:c’est bien une couleuvre d’esculape que j’ai vu mi mai un jour de chaleur grimper à un arbre à Poissons, Haute-Marne en Champagne-ardenne. Vous allez pouvoir bientôt supprimer le mot rare dans l’aire de répartition.

  14. LAFITE :

    Je pense qu’il s’agit de cette couleuvre que j’ai rencontrée sur un vieux mur près de ma maison en Sarthe, elle était toute noire épaisse et géante (1,50m) en tout cas très impressionnante, rapide et farouche, je n’ai pas eu le temps de bien l’observer.. (on l’appelle ici “le sucheton”

  15. valérie simoneau :

    Merci beaucoup, j’ai lu votre descriptif avec beaucoup d’attention ; j’ai une couleuvre de ce type qui se balade dans mes taillis en ce moment… C’est un très bel animal, et surtout très impressionnant. J’ai tout de suite reconnu ce type de reptile grâce à vos photos et la pupille ronde (contrairement aux vipères)… Encore merci !

  16. Peric :

    Hello!
    Merci pour les infos!

    J’ai l’impression d’en avoir photographié une (plus d’un 1,2m je pense), je me demandais si d’une semaine, d’une année sur l’autre on pouvait la retrouver sur un territoire donné?

    Merci

Contact Webmaster

Toute utilisation du contenu du site https://serpent.cheloniophilie.com sans autorisation écrite préalable du webmaster constitue une violation du droit d'auteur.