malpolon monspessulanus

Photo du profil de la couleuvre de Montpellier

Classe : Reptilia
Ordre : Squamata (Reptiles)
Famille : Colubridae
Genre : Malpolon
Espèce : Malpolon monspessulanus
Nom commun : Couleuvre de Montpellier


Nous allons vous présenter cette espèce dans différentes parties :

Description de la couleuvre de MontpellierAire de répartitionHabitat de cette couleuvreMode de vie de la couleuvre de MontpellierProtection de Malpolon monspessulanusPhotos de couleuvres de Montpellier

Description de la couleuvre de Montpellier

C’est le plus grand serpent endémique du territoire français. La couleuvre de Montpellier peut atteindre une taille supérieure à 2 m de long pour un poids de 3 kg. Le dessus de son corps est de couleur brun-verdâtre pouvant présenter des marques en forme d’échelons et le dessous de couleur plus clair variant du beige au jaune. Il faut savoir que les motifs sur son dos varient selon l’âge, les jeunes spécimens sont parfois gris avec des motifs présentant des bandes non liées sur le dos de couleur plus ou moins foncé, voire même gris à marron avec le même motif.

On note un dimorphisme sexuel important : les femelles toujours plus petites sont de couleur marron clair, avec des taches noirâtres et blanchâtres, alors que les mâles sont d’un vert olive clair ou foncé avec une rangée latérale d’écailles noires et bleutées.

Tête couleuvre Montpellier

Détails des écailles de la tête de la couleuvre de Montpellier

Sa tête est ovale et ne se démarque par beaucoup du cou. Contrairement aux vipères, ses pupilles sont rondes.

Elle est la seule couleuvre présente sur le territoire Français à disposer d’un venin toxique. Ses crochets ne fonctionnent pas comme ceux des vipères : ils sont situés au fond de la mâchoire supérieure et ne sont que peu mobiles. On dit qu’elle est opistoglyphe.

Identification par les écailles de ce grand serpent de France

Concernant les écailles de la couleuvre de Montpellier, on remarque que c’est un serpent ayant une écaille frontale plus étroite que les deux supra-oculaires, que les écailles dorsales et latérales sont plus ou moins creusées longitudinalement chez l’adulte (orange), qu’il a une pré-oculaire (marron), deux post-oculaires (violet) et deux écailles loréales (situées entre la pré-oculaire et l’écaille nasale) qui sont caractéristiques de l’espèce (bleu).

Les sous-espèces

Il existe 4 sous espèces :

Malpolon monspessulanus fuscus
Cette sous espèce a été décrite par Fleishmann en 1831. Elle est présente uniquement en Syrie.

Malpolon monspessulanus insignitus
Cette sous espèce a été décrite par Geoffroy de St-Hilaire en 1809. Son aire de répartition est un peu plus vaste que M.m.fuscus car on la retrouve principalement sur tout le nord de l’Afrique (est du Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, nord de l’Egypte, Palestine, Israël, Jordanie, Syrie, Turquie, Grèce (incluant Corfou), Chypre, Irak, Iran, Liban..).

Malpolon monspessulanus monspessulanus
C’est cette sous espèce qui nous intéresse particulièrement puisque nous la retrouvons dans le sud ouest de l’Europe (Espagne, Portugal et sud de la France) ainsi qu’au Maroc. Elle a été décrite par Hermann en 1804.

Malpolon monspessulanus saharatlanticus
Cette sous espèce a été décrite par plusieurs herpétologues : Geniez, Cluchier & De Haan en 2006. On la retrouve dans le nord-ouest de l’Afrique (côte atlantique du Maroc et du Sahara Occidental).

Zone de présence en France

En France, la couleuvre à échelons occupe les mêmes territoires que la couleuvre de Montpellier, c’est-à-dire le Languedoc-Roussillon, la région PACA et la région Rhône-Alpes.

Habitat de Malpolon monspessulanus

malpolon monspessulanus

Photo d’une couleuvre de Montpellier adulte

C’est un serpent qui préfère les terrains secs et rocailleux dans lesquels il pourra avoir de nombreuses cachettes pour se réfugier. On peut observer la couleuvre de Montpellier également dans des forêts de chênes verts, à proximité de points d’eau ou encore dans les prairies.

Comportement en milieu naturel

C’est un serpent diurne (c’est-à-dire qui vit le jour). Elle a la particularité d’être extrêmement rapide ce qui lui permet d’attraper d’autres serpents qu’elle mange. Elle s’alimente aussi de petits mammifères comme des lapereaux, des mulots, des rats ou encore des oiseaux nichant sur le sol. Il n’est pas rare de voir des couleuvres de Montpellier manger des lézards.

L’accouplement a lieu vers avril et mai, ce qui correspond à la sortie d’hibernation. La période des pontes est comprise entre le mois de Juin et le mois d’Août. Durant ces trois mois, la couleuvre pond de quatre à dix-huit œufs ovales. Deux mois plus tard, les couleuvreaux naissent et mesurent 25 cm de long. L’espérance de vie de l’espèce Malpolon monspessulanus est d’environ 20 ans et la maturité sexuelle arrive au bout de la cinquième année de vie.

En cas de danger, la couleuvre tentera en priorité de fuir celui-ci. Si elle sent qu’il lui est impossible de s’échapper, elle va lever la tête à la manière des cobras et pourra mordre si elle en a l’occasion.

Protection de ce reptile

La couleuvre de Montpellier fait partie des espèces protégées sur l’ensemble du territoire métropolitain français. Il est totalement interdit de la capturer, de la blesser, la tuer, le déplacer ou de détruire sa ponte.

Les photos de couleuvre de Montpellier

https://serpent.cheloniophilie.com/Photos/Malpolon-monspessulanus.php

La couleuvre de Montpellier

Photo d’une couleuvre de Montpellier sous un buisson