Vous êtes ici : Le monde du serpent, voici le plus gros site sur les serpents. » Alimentation des serpents

Alimentation des serpents

Toutes les espèces de serpents sont carnivores. Contrairement à certaines rumeurs, il n’existe pas de serpents végétariens.


– Ils peuvent être insectivores (Opheodrys, Entechinus…), c’est-à-dire avoir une alimentation composée d’escargots, d’araignées, de larves, de limaces …etc. Les espèces de serpents insectivores s’alimenteront soit d’un seul type d’insecte, soit ils seront opportunistes et mangeront tous ce qu’ils trouveront.

– Ils peuvent être piscivores (Thamnophis, Nerodia…), c’est-à-dire que leur alimentation sera essentiellement composée de poissons.

Beaucoup d’espèces piscivores mangent aussi les amphibiens. Les serpents aquatiques et semi-aquatiques sont presque les seuls à pouvoir se nourrir principalement d’amphibiens. Ainsi les grenouilles et les crapauds finissent dans le menu des serpents (par exemple la couleuvre à collier (Natrix natrix) chasse les crapauds).

– Ils peuvent être ophiophages c’est-à-dire cannibales (Lampropeltis getula, Diadophis punctatus, Ophiophagus hannah…). Ils s’alimentent d’autres serpents plus ou moins gros. Certains avalent même des serpents plus gros qu’eux.

– Ils peuvent manger des oeufs (voire même avoir une alimentation uniquement composée d’oeufs). Des oeufs de reptiles, d’oiseaux ou même des oeufs de poissons (Elachistodon westermanni, Elaphe, Lampropeltis, Liasis fuscus…).

– Ils peuvent être charognards. Il s’agit alors uniquement de serpents opportunistes qui suivant leur faim consommeront la charogne qui se présente à eux.

Tous avalent leurs proies en entier, les uns ingérant des animaux vivants, petits et sans défense, les autres tuant de grosses proies soit en les étouffant, soit avec leur venin.


Comment les serpents chassent-ils ?

La prédation passive

Certains serpents ne recherchent pas leur nourriture de façon active, mais attendent qu’elle vienne à eux. Ils font parties de plusieurs familles bien distinctes, en particulier les vipéridés et les plus grands boïdés et pythonidés.

Les prédateurs qui chassent à l’affût ont un corps trapu et lourd, qui leur sert de point d’ancrage, lorsqu’ils attaquent. Ils sont bien camouflés, de façon à ce qu’une proie puisse s’approcher sans les repérer.

Certaines espèces sentent la présence d’une proie avec leurs fossettes thermosensibles et peuvent mordre avec précision, même dans l’obscurité.

Beaucoup doivent attendre longtemps, revenant au même affût plusieurs nuits de suite, avant de réussir une prise.

Certains se postent à un endroit où; des proies (souvent des mammifères) ont l’habitude de passer. D’autres les attirent en se servant du bout de leur queue, souvent coloré différemment du reste du corps et ressemblant ainsi à un ver ou à une chenille (le principe de l’appât). Le serpent se tapit, en partie caché dans le sable ou parmi la végétation et se met en boucle de façon à ce que le leurre soit près de sa tête. Si une cible apparaît, le serpent agite sa queue et mord quand la proie s’approche pour l’examiner.


La prédation active

D’autres serpents chassent leur nourriture. Les espèces nocturnes cherchent des lézards endormis dans des fentes de rochers ou parmi la végétation, d’autres sondent les terriers des rongeurs, les trous d’arbres et autres abris. Les serpents malacophages traquent des escargots ou des limaces, en suivant leur trace de bave, et beaucoup d’autres chassent aussi à l’odorat.

Les serpents aux gros yeux chassent plutôt le jour, en utilisant leur vue pour repérer des proies. Ils ont souvent une forme longue et mince et peuvent dresser la tête au-dessus du sol pour surveiller les environs. S’ils voient ou sentent une victime, ils s’approchent discrètement, puis l’attaquent rapidement.

Les venimeux

Certains serpents tuent leur proie grâce au venin contenu dans les glandes. Le venin peut paralyser l’animal ou le tuer. On observe ainsi deux types de venins :

Un venin essentiellement neurotoxique qui ne cause aucune douleur ou dégâts aux tissus.

Un venin essentiellement hémotoxique dont les symptômes induits sont des hémorragies massives.

Les constrictors

Comme leur nom l’indique, ils tuent par constriction de la proie. Ils vont ainsi ingérer la proie soit vivante soit morte. Dans sa forme la plus extrême, la constriction consiste à enrouler autour de la proie deux anneaux ou plus, puis à exercer une pression jusqu’à la mort de l’animal. La proie est ainsi tuée par asphyxie bien plus que par écrasement des os ou des organes.

Contact Webmaster

Toute utilisation du contenu du site https://serpent.cheloniophilie.com sans autorisation écrite préalable du webmaster constitue une violation du droit d'auteur.